Elections régionales 2014 - Résulats
 Election régionale 2014 - Ma vision pour Bruxelles
 

Osons la jeunesse ! Redresser Bruxelles est un combat qui doit inclure toutes les générations ! 

Ma vision pour ma Région est de faire de Bruxelles une ville qui se donne les moyens de ses ambitions en matière d’emploi dans un environnement sûr ! 

Mes priorités sont donc l’emploi, des jeunes principalement, et la sécurité ! 

 

 

1. Emploi et formation: 

 

- Constat: 

 

Le constat est unanime. Bruxelles a actuellement le taux de chômage le plus élevé de Belgique avec 21% à l’été 2013 (8% en Flandres et 15% en Wallonie) en particulier chez les jeunes dont le taux de chômage grimpe à 40% voire à 50% dans certains quartiers difficiles ! En l’espace de 10 ans, le nombre de chômeurs est passé de 87.000 personnes en juillet 2004 à plus de 110.000 à l’été 2013. Quelles sont les causes de cette situation?


           La formation linguistique 

90% des chômeurs ne maitrisent pas les deux langues nationales (unilingues, francophones en majorité). 

 

Déficit de qualification 

20% des jeunes bruxellois quitte chaque année l’école sans diplôme d'humanité. Il manque des formations professionnelles adaptées répondant aux besoins des entreprises.

 

          Fiscalité 

           Fardeau fiscal sur le dos des entreprises (charges patronales, ISOC,..).

           Destruction de l’industrie bruxelloise 

Une enquête met en évidence la perte de 40% de terrain à vocation industrielle. Il y a un manque cruel d’espace industriel alors   que la demande provenant des entrepreneurs est bien présente. 

Immigration économique non-européenne non-sélective 

47% des immigrés récents non-EU sont réputés non qualifiés alors que ce chiffre est de seulement 17% pour les immigrés     européens. A quoi cela sert-il d'accueilleur des travailleurs si c'est pour qu'ils n'aient aucun espoir d'embauche?

 

 

- Propositions: 

 

  • Instaurer des tests contraignants pour encourager les demandeurs à devenir bilingues. 
     

  • Dégressivité et limitation des indemnités de chômage dans le temps.
     

  • Soutenir la formation en alternance et les partenariats "école-entreprise". 
     

  • Sensibiliser les demandeurs d’emploi à suivre une formation dans les métiers en pénurie
     

  • Supprimer les charges sur le travail pour les 3 premiers emplois afin de favoriser l’embauche.
     

  • Diminuer l’impôt des sociétés de 33% à 20% afin d’attirer l’investissement et de rendre nos entreprises plus concurrentielles. 
     

  • Relancer notre industrie bruxelloise. Une économie ne peut seulement être basée sur des services. Elle a besoin d’une industrie forte qui crée de la valeur. 
     

  • Favoriser le modèle canadien en matière d’immigration active qui est basé sur les compétences et le marché du travail. L’Etat a toujours la compétence de limiter le nombre d’entrées sur son territoire. 

 

 

 

 

 

2. Sécurité 

 

- Constat: 

La réalité criminaliste bruxelloise n’est pas belle à voir. La criminalité est en forte hausse avec des délits de plus en plus lourds et de plus en plus violents. Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Entre 2001 et 2011, voici quelques statistiques sur 100.000 habitants : la violence contre l’autorité publique a augmenté de 61% ; Les infractions contre l’intégrité physique ont augmenté de 16,2% ; les vols sans circonstances aggravantes ont augmenté de 21,8% tandis que les cambriolages ont augmenté de 14,9% ; la violence sexuelle augmente aussi significativement : on recense en moyenne plus d’un viol déclaré par jour à Bruxelles ! La Belgique fait face à une surpopulation carcérale : en moyenne plus de 128 détenus pour 100 places (boom de 18,5% en 10 ans). La récidive est une des principales causes de cette situation. Paradoxalement, nous sommes le pays européen, après la France, avec le plus grand nombre d’officiers de police pour 100.000 habitants. Le problème ne se situe donc pas la. 

- Propositions:
 

  • Renforcer les sanctions administratives communales (amendes, prestations réparatrices). 
     

  • Fusion des 6 zones de police pour une police unique à Bruxelles (Paris, Londres, New-York). Effets : Plus d’efficacité, meilleure gestion des effectifs et organisation interne. 
     

  • L’exécution effective des peines courtes et le refus de la libération conditionnelle avant d’avoir effectué au minimum la ½ de la condamnation. En effet, des études constatent que si la peine est trop faible ou exécutée de manière partielle, la récidive est au rendez-vous une fois sur deux. Je pense que c’est un bon moyen de casser la spirale de la récidive et le sentiment d’impunité. Je crois profondément à la théorie du bâton et de la carotte. Seule une justice juste mais ferme peut dissuader les crimes en tout genre.
     

  • Constructions de nouvelles prisons en partenariat avec le privé. 
     

  • Exécution des peines dans le pays d’origine pour les étrangers. La population étrangère représente 44% de la population carcérale. Les conventions bilatérales (avec le Maroc, RDC, Albanie, les pays de l’ex-Yougoslavie) prévoient pourtant que les peines doivent être exécutées dans le pays d’origine. Cependant, entre 2005 et 2010, seuls 51 détenus ont été transférés dans leur pays d’origine, dont une grande majorité de néerlandais. Je prône donc une application stricte de ces conventions.

 

 

 

 

 

3. Réforme de coeur - Diminution des droits de succession

 

 

Victor Hugo disait : « Le respect de l’héritage n’est autre chose que la main du père tendue aux enfants à travers le mur du tombeau ».

 

 

- Constat: 

 


A l’inverse des socialistes, je tiens au respect de la propriété, de l’héritage et donc indirectement du travail. Les droits de successions à Bruxelles (compétence régionale) culminent à des taux presque prohibitifs allant jusqu’à 30% en ligne directe, 70% en ligne indirecte et 80% lorsqu’une succession/donation est faite à un tiers. Après 9 années de combat, le MR aura tout de même remporté une petite bataille: la récente exonération de l’héritage de la résidence commune entre époux et cohabitants. Il s’agit de montants qui ont déjà été taxés; il n’y a théoriquement pas de raison qu’ils subissent une double imposition ! 

Ex: A sa mort, votre tante, qui a travaillé dur toute sa vie, veut vous léguer son appartement à Bruxelles qui vaut 300.000 euros qu’elle a mis 25 ans à rembourser. En appliquant les droits de successions actuellement en vigueur, vous serez taxé à la hauteur de 70% de ce montant c’est à dire 210.000 euros. L’absurdité même de ce régime réside dans le fait que souvent les gens sont contraints de vendre le bien légué afin de respecter ces droits ! 

 


- Propositions:
 

 

  • Simplification des tranches (de 6 à 4). 
     

  • Diminuer par deux les taux actuellement en vigueur.
     

  • Appliquer les taux des donations mobilières (3% en ligne directe ; 7% en ligne indirecte) aux donations immobilières.

 


 

© Copyright 2018 Aymeric De Lamotte. Tous droits réservés. Créé par webilard.